A un moment donné, quel que soit le sujet abordé, elle disait toujours « Je suis contre ».

Elle était contre tout et n’importe quoi : contre les femmes qui se maquillaient et contre celles qui ne se maquillaient pas, contre ses voisins qui ne lui disaient pas bonjour et contre ceux qui étaient  aimables, contre les grandes surfaces et contre les épiceries de quartier, contre la pauvreté et contre le RSA, contre les profiteurs de droite et contre les profiteurs de gauche etc.

Bref, rien n’était à son goût et tout l’insupportait. La fois où un petit malin lui avait demandé si elle était pour quelque chose, elle était restée un moment silencieuse  puis avait répondu : Non,  je suis contre être pour !