Ils étaient installés à la terrasse du café de la Coupole et parlaient de tout et de rien. Lui, les tempes  grisonnantes, le complet impeccable ; elle, aurait pu être sa fille. Elle ne souvenait plus de ce que l’homme lui avait dit, mais elle avait répondu amusée

- Vous pensiez avoir un masque ? Mais tout le monde vous a démasqué !

Quand elle vit son visage s’assombrir, elle continua.

-           Vous êtes fâché ? Mais pourquoi être fâché quand la vérité entre en scène.

Il lui répondit calmement.

-           Vous me semblez bien jeune pour parler de la Vérité.

Elle ne se démonta pas et ajouta.

-           Alors, ce n’est pas pour me  sauter  que vous êtes là, à discuter  et à faire semblant que vous vous intéressez à ma conversation ?

Il sourit vaguement,  s’arrêta sur son visage où il avait aimé ce reste d’enfance accroché au regard, puis conclut durement.

-           Là, vous me bluffez, vous êtes plus intelligente que je ne l’aurais pensé. Eh bien, puisque vous êtes une fille avisée, passons aux choses sérieuses : quand m’accorderez-vous votre corps ? Je suis prêt à payer, très cher même.

-           Eh bien jamais, monsieur le baiseur, lui dit-elle en affichant son plus beau sourire.

Et elle partit, sans payer l’énorme banana split dont elle s’était goinfrée.