30 octobre 2017

solitude

La maison était silencieuse, vouée à la solitude des pierres qui ne reçoivent plus l'écho du monde. Quand elle s’approcha et colla son oreille au mur, elle entendit des sanglots. Malgré les trente ans passés, suffisait-il de passer devant la maison pour que tout resurgisse ? Elle eut soudain la certitude que son ombre avait étouffé le gardien de la forteresse de ses peurs et que tous les démons  sortaient de leur geôle pour se précipiter à la lumière du jour. Effrayée, elle partit en courant, étrangère à la voix d'enfant qui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

28 octobre 2017

Choisir

« La vie, c’est l’hésitation entre une exclamation et une interrogation. Dans le doute, il y a le point final. »  disait Fernando Pessoa.  Le point final  ou la solution radicale. Parfois, on peut aussi opter pour le tiret – à la ligne ou non - qui ouvre le dialogue avec soi ou l’autre …
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
26 octobre 2017

Le calvaire

Dans sa tête,  de petits parapluies virevoltent. Leur mission : protéger son âme  du soleil implacable qui menace de l’assécher. Ils tournent  dans une valse parfaite, trois temps imperturbables que la machine du temps égrène en bémol majeur. Mais à chaque tour de valse, les baleines se cognent aux parois de son crâne et lui rappelle que le calvaire vécu par le Christ n'est rien à côté du sien... PS :  photo prise à Saumur cet été.
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [17] - Permalien [#]
20 octobre 2017

L'exercice

Le professeur d'espagnol avait donné un exercice simple à ses élèves de seconde : faire le portrait d'un ou d'une amie. Il remarqua que Léa n'écrivait rien. IL s'approcha d'elle et lui en demanda la raison. Elle répliqua, avec une pointe d'agressivité, qu'elle ne connaissait que la première personne du présent de l'indicatif des verbes et qu'il lui était donc impossible de faire le travail donné. - Vous ne vous souvenez pas qu'on a revu le présent en début d'année, et à toutes les personnes ?- Je connais que la première personne.... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
18 octobre 2017

Le disque rayé

Elle n’arrêtait pas de dire " Si je mourais,  personne ne s’en apercevrait !". Lassée de l'entendre ressasser, son amie lui a rétorqué. -          Moi, en tout cas, je m'en apercevrais ! D'ailleurs, ça me ferait des vacances parce que si tu savais ce que tu peux être casse-pieds à répéter toujours la même chose ! -          Moi ? je répète toujours la même chose ? Tu es gonflée ! Et son amie de répondre. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:20 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
16 octobre 2017

Le message

Sur la feuille ce message mystérieux « Je tue il » qu’on avait glissé dans sa boîte aux lettres. Avant ou après avoir déposé le pigeon mort ? Cette question lui avait trotté dans la tête toute la journée. Qui lui en voulait à ce point ? Elle ? Non, pas elle quand même, mais alors qui ? Retirer le pigeon avec du papier journal l’avait fait vomir. Il n’avait pu que constater combien il était fragile, son estomac se retournait pour un rien.  Si c’était elle, elle avait la rancune tenace. Un an plus... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

14 octobre 2017

La question

Quand il lui avait demandé « Qu’aurais-tu aimé être si tu n’étais pas devenu ce que tu es ? », elle  s’était effondré en pleurant. Il ne sut que faire sinon la prendre dans ses bras. Et ce fut le début d’une histoire d’amour qui est allée de mal en pis jusqu’à la chute que je vous épargnerai, de peur de vous effrayer...
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
12 octobre 2017

Méditation

- Oui, la vie c'est ça, pause, on profite, on offre son visage au soleil, on se détend, on est soi et on regarde le soleil qui est en soi, sa part d'ombre aussi, sinon le paysage ne serait pas complet.Elle le regarda un peu surprise par cette logorrhée - qu'il appelait "diarrhée verbale" chez les autres. Il était d'ordinaire si mesuré en toute chose. Que lui était-il arrivé ? Une rencontre ? Sa rencontre ?Elle le sut la minute qui suivit : il avait décidé de faire de la méditation en pleine conscience. Une façon radicale de panser... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:20 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
10 octobre 2017

Duo d'octobre

En ce mois d'octobre fleurit notre nouveau Duo. Caro propose comme inducteur le "le gondola no uta" qu'elle a connu en lisant ce livre. Après le texte de Caro, voici le mien.   Piano contre contralto   « Gondola no uta » avait-elle répondu agacée. Il avait fait la sourde oreille et elle avait répété mot pour mot la même chose en détachant chaque syllabe : « Gon-do-la no u-ta » Cette simple répétition l’avait empli d’une colère absurde, aussitôt oubliée quand, de sa désarmante voix de contralto,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]
08 octobre 2017

Duo d'octobre

En ce mois d'octobre fleurit notre nouveau Duo. Caro propose comme inducteur le "le gondola no uta" qu'elle a connu en lisant ce livre. Voici son texte, le mien sera posté mardi prochain.   Gondola no uta   Il était sorti du cinéma en chantonnant une mélodie japonaise. Je me souvenais d’elle car je l’avais entendu en découvrant Vivre de Kurosawa dans une de ces salles. Oui, l’affiche aurait pu se trouver là, aujourd’hui, coincée entre le documentaire sur le réchauffement de la planète et l’annonce alléchante de la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]