Voici une histoire vraie, écrite par Gilda, mon amie de Belo Horizonte, et traduite du portugais par mes bons soins

 

Ivan, mon jeune frère, est un jour sorti du travail pour acheter de quoi préparer son sandwiche  de l’après-midi. Il a arrêté sa voiture en face d’une boulangerie et une moto s’est aussitôt garée derrière lui. Un jeune homme l’a abordé d’une voix sympathique et lui a dit de façon discrète : « Attaque à main armée ! Donne-moi ton argent, tout de suite. » Ivan a pris son portefeuille dans sa poche et lui a dit qu’il n’avait que 30 reais*. En se tournant vers le type qui le rackettait, afin qu’il voie bien qu’il travaillait et que ses vêtements étaient couverts de graisse, il lui a dit.

-          Tu vois, je travaille et je viens chercher du pain parce que je meurs de faim. Mais je vois que toi aussi tu travailles, même si je ne suis pas tout à fait  d’accord avec le type de travail que tu fais, mais chacun fait ce qu’il peut. Tu pourrais me prendre 20 « reais » et moi j’en garderais 10. Bien sûr, c’est toi qui choisis. Peut-être que tes besoins sont plus grands que ma faim.

Le voleur a répliqué.

-          Eh l’ami, je vois que tu es un gars travailleur, donne-moi 20 « reais », c’est génial !      

Ivan a tenu  à lui montrer ce qu’il avait dans son porte-monnaie parce qu’un mensonge aurait pu lui coûter la vie. Le voleur a ajouté « Je te crois, vieux ! ». Ivan est entré pour acheter son pain et en rentrant à la maison, il nous a tout raconté tranquillement.

Dans un lieu aussi violent que les grandes villes brésiliennes, l’arme d’un bon citoyen, c’est la ruse.

 

*le  real  est la monnaie brésilienne. 30 reais est l’équivalent de 8 euros.