17 août 2017

Curiosité

Voici un texte de  Gilda - une amie brésilienne de Belo Horizonte -  traduit en français par mes bons soins.   Une femme meurt. En arrivant au ciel, Elle est durement rappelée à l'ordre. - Tu ne devrais pas être ici ! Tu es arrivée avant que ton heure ne soit venue. - Ce n'est pas de ma faute, répond-elle. - Ah bon, ce n'est pas de ta faute ? C'est de la faute  de ta curiosité peut-être ? - Bon, c'est vrai, c'est de ma faute, j'ai traversé la rue alors que je lisais un message reçu sur mon portable. - Mais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

15 août 2017

Conflit

Il faisait partie de ces hommes qui pensaient que si l’on ne parlait pas d’une chose, elle n’existait  pas. Elle faisait partie de ces femmes qui pensaient que si l’on s’obstinait à ne pas parler d'une chose, c'était du déni. Dès lors, pouvaient-ils s’entendre ?    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
10 août 2017

Le boucher

M. Mouton était établi depuis vingt-cinq ans comme boucher à St Jean Pied de Port et il travaillait la viande sous toutes les coutures. La bavette, le paleron, l’araignée,  le jarret, les jambonneaux, les filets, les plats de côte, les gigots et les côtelettes étaient toute sa vie mais, depuis quelques mois, l’enthousiasme n’était plus au rendez-vous ; la viande le rendait morose et il ne pouvait plus avaler un seul morceau de chair cuisinée. Il avait même fini par devenir végétarien, au grand désespoir de sa femme qui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
03 août 2017

Les lettres anonymes

Elle n’avait qu’une passion : les lettres anonymes. Elle suscitait les confidences des élèves,  brodait patiemment le canevas de chaque histoire,  puis elle envoyait une lettre aux collègues qu'elles détestait secrètement. Cette année il n’y  avait eu que 3 lettres mais malgré leur petit nombre,  la méfiance avait été à son apogée dans l’établissement. Elle se félicitait d'avoir fait disparaître  de son quotidien un vide sidéral,  mais elle devait constamment se surveiller car sa jouissance était... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
01 août 2017

Le Vaccin

La veille, il s’était fait vacciner contre sa mère ; ce vaccin avait été mis au point l’année passée aux Etats-Unis par un chercheur qui - disait l’article qu’il avait lu dans le Guardian -  avait le mal de mère. Le lendemain du vaccin, il subit une réaction violente, si violente qu’il se fit porter pâle au travail et passa la journée au lit. Le surlendemain, sa mère l’appela. -          Tiens, tu ne m’as pas appelée hier. -         ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]