31 août 2017

L'accent

Un matin, elle se réveilla avec l’accent américain. Au début, elle ne le remarqua  pas, c’est son mari qui le lui signala. -          Arrête de prendre cet accent ! -          Quel accent ? répondit-elle étonnée. -          L’accent américain ! Elle alla voir  le médecin qui se déclara impuissant. Il avait même ajouté « Patience et longueur de temps font plus que force ni... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

29 août 2017

Les guetteurs

Afin de réduire le nombre de vols, la municipalité avait mis en place des chiens guetteurs. Le maire avait su convaincre ses concitoyens avec des arguments de poids : les chiens travaillaient sans être rémunérés et, avantage non négligeable, ils dispensaient de l’affection. Les volontaires avaient donc eu droit à un chien dont la pension était payée par la mairie. Si le nombre de vols avait légèrement baissé, l’atmosphère dans la ville était beaucoup  plus conviviale et ce, pour une raison très simple : chaque... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
27 août 2017

Le dernier voyage

Lui voyageait léger, elle voyageait lourd. Il avait un petit sac à dos, elle une grosse valise à roulettes. Son sac à dos était marron, sa valise était rouge. La dernière fois qu’ils sont partis ensemble, sa valise était si grosse qu’elle passait difficilement dans la travée centrale. Forcément, il devait l’aider. Forcément, il s’exécutait en maugréant. L’apogée du voyage, ce fut lorsque l’une des roulettes du coffre rouge qu’elle appelait valise s’est cassée. Il a fait quatre wagons, suant, soufflant, vérifiant que l’infâme valise... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :
25 août 2017

Le libraire

Hier, j’ai acheté un livre. L’homme qui m’a servi était chauve, jusque-là rien que de très normal. Par contre, lorsqu’il s’est penché pour emballer mon livre, j’ai vu le sommet de son crâne et là, comme c’est étrange, j’ai été prise d’une irrépressible envie de passer ma main sur ce crâne si lisse et qui semblait si doux. Je sais combien cela pourra vous sembler incongru, mais je l’ai fait. Le libraire s’est laissé faire et m’a dit. -          Continuez si ça vous fait du bien.  
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
19 août 2017

Le départ

Il avait grandi trop vite.  Ce n'était plus cette  boule de poils qui les avaient séduits. En cinq mois l'animal avait fini par avoir tous les défauts du monde.  Au début, lui et sa femme avaient  bien essayé " Couché ! Assis ! Debout ! La patte ! Pas sauter ! " ; et puis ils en avaient eu marre, le chien était trop bête. Sa femme avait même dit.  - Il m'emmerde ce chien. Si c'est comme ça, il vaudrait mieux… et elle avait laissé sa phrase en suspens.  Maintenant, dès que la bête arrivait dans la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
17 août 2017

Curiosité

Voici un texte de  Gilda - une amie brésilienne de Belo Horizonte -  traduit en français par mes bons soins.   Une femme meurt. En arrivant au ciel, Elle est durement rappelée à l'ordre. - Tu ne devrais pas être ici ! Tu es arrivée avant que ton heure ne soit venue. - Ce n'est pas de ma faute, répond-elle. - Ah bon, ce n'est pas de ta faute ? C'est de la faute  de ta curiosité peut-être ? - Bon, c'est vrai, c'est de ma faute, j'ai traversé la rue alors que je lisais un message reçu sur mon portable. - Mais... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

15 août 2017

Conflit

Il faisait partie de ces hommes qui pensaient que si l’on ne parlait pas d’une chose, elle n’existait  pas. Elle faisait partie de ces femmes qui pensaient que si l’on s’obstinait à ne pas parler d'une chose, c'était du déni. Dès lors, pouvaient-ils s’entendre ?    
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
10 août 2017

Le boucher

M. Mouton était établi depuis vingt-cinq ans comme boucher à St Jean Pied de Port et il travaillait la viande sous toutes les coutures. La bavette, le paleron, l’araignée,  le jarret, les jambonneaux, les filets, les plats de côte, les gigots et les côtelettes étaient toute sa vie mais, depuis quelques mois, l’enthousiasme n’était plus au rendez-vous ; la viande le rendait morose et il ne pouvait plus avaler un seul morceau de chair cuisinée. Il avait même fini par devenir végétarien, au grand désespoir de sa femme qui... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
03 août 2017

Les lettres anonymes

Elle n’avait qu’une passion : les lettres anonymes. Elle suscitait les confidences des élèves,  brodait patiemment le canevas de chaque histoire,  puis elle envoyait une lettre aux collègues qu'elles détestait secrètement. Cette année il n’y  avait eu que 3 lettres mais malgré leur petit nombre,  la méfiance avait été à son apogée dans l’établissement. Elle se félicitait d'avoir fait disparaître  de son quotidien un vide sidéral,  mais elle devait constamment se surveiller car sa jouissance était... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
01 août 2017

Le Vaccin

La veille, il s’était fait vacciner contre sa mère ; ce vaccin avait été mis au point l’année passée aux Etats-Unis par un chercheur qui - disait l’article qu’il avait lu dans le Guardian -  avait le mal de mère. Le lendemain du vaccin, il subit une réaction violente, si violente qu’il se fit porter pâle au travail et passa la journée au lit. Le surlendemain, sa mère l’appela. -          Tiens, tu ne m’as pas appelée hier. -         ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [16] - Permalien [#]