20170811_132805Afin de réduire le nombre de vols, la municipalité avait mis en place des chiens guetteurs. Le maire avait su convaincre ses concitoyens avec des arguments de poids : les chiens travaillaient sans être rémunérés et, avantage non négligeable, ils dispensaient de l’affection.

Les volontaires avaient donc eu droit à un chien dont la pension était payée par la mairie.

Si le nombre de vols avait légèrement baissé, l’atmosphère dans la ville était beaucoup  plus conviviale et ce, pour une raison très simple : chaque habitant avait chez lui un bouc émissaire de choix et fichait ainsi une paix royal à son voisin !

 

PS : photo prise dans le Perche.