Voici le temps venu de notre Duo de juillet pour lequel, Caro et moi-même, avons choisi d' utiliser une phrase vue sur le blog  diffractions  - " longtemps je me suis douchée de bonne heure " - qui, bien sûr, vous en rappellera une autre...

Aujourd'hui, une petite parodie à la sauce gb :

 

La douche

 

Longtemps, je me suis douchée de bonne heure. Parfois l’eau coulait à peine que ma peau frémissait ; je n’avais pas le temps de me dire : « Je me douche ». Et, une minute après,  la pensée qu’il me faudrait sortir et me sécher créait en moi une dépression fugitive ;  je voulais profiter de l’eau qui perlait sur ma peau, retrouver ces sensations qui donnent l’illusion que l’on retient le temps. Cette croyance survivait encore lorsque je m’essuyais ; elle s’accrochait à moi comme les peluches d’une serviette de toilette maltraitée par les lessives ; mais, dès qu’ elle commençait à disparaître, comme des poils de brosse à dent usés par les lavages fréquents, aussitôt je recouvrais la vue et constatais que le miroir me renvoyait une  image claire, brute et désespérante pour mes yeux, comme un reflet que je reconnaissais à peine, une chose qui ressemblait à une femme dont le visage, chose incompréhensible, tenait plus du bouledogue que du lévrier.

PS : les expressions soulignées ont été empruntées à Marcel Proust.