30 juin 2017

Dialogue

Deux hommes parlent dans la salle d’attente d'un psychiatre   -          J’ai fait un « burnes out », dit l’exhibitionniste. -          Et moi un « burn out », répondit son vis-à-vis. -          Qu’est-ce que ça vous a fait ? -          Arrêt maladie pendant deux mois, et vous ? ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

28 juin 2017

Les fées

La  voix au téléphone lui avait dit “Descendez à l’arrêt  «  Les Fées » et au stop, tournez à droite. C’est au numéro 7.” Une semaine plus tard, à l’heure dite, elle s’arrêtait devant le numéro 7, une maison aux volets bleus  que la vigne vierge envahissait dangereusement. Elle sonna. Une femme ouvrit et lui dit qu’on l’attendait à l’étage, la troisième porte à droite. Elle monta les marches. Une odeur d’encens flottait dans l’air et, accrochés  aux murs  jaunes pâles, plusieurs toiles... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
26 juin 2017

Grande gueule

Il fallait bien que ça arrive, cette  imbécile n’avait pas pu se taire. J’étais sûre qu’un jour elle me tirerait dans les pattes, j’en étais sûre. J’en étais là de mes réflexions quand le chef de service m’a téléphoné pour me dire qu’il m’attendait dans son bureau à 12 h 30. Ce type était un sadique, il allait me faire rater mon repas. A 12 h 30 pile, l’estomac dans les talons, j’ai frappé à sa porte. Une fois à l’intérieur, je l’ai salué la tête haute. « Ne jamais se soumettre », telle est ma devise. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
24 juin 2017

L’effet papillon

 Cette robe bleue à pois rouges, c’était celle qu’Hélène portait le jour de l’enterrement de son père. Il y avait eu l’église, la messe,  le cimetière, et le déjeuner où elle  avait rencontré un vague cousin avec qui elle jouait, enfant. Il lui avait raconté des souvenirs qu’elle avait rangés dans des tiroirs fermés à clef. Quand elle s’était étonnée de sa mémoire il lui avait répondu qu’à cette époque il était fou amoureux d’elle. Le rouge lui était monté aux joues et seule une pirouette l’avait sauvée de son... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
22 juin 2017

Le hasard fait-il bien les choses ?

  Un homme est assis dans un café, il n’arrive pas se concentrer sur son journal et décide de parler à sa voisine H : Bonjour, vous m’excuserez d’interrompre votre lecture mais en vous regardant je me suis dit… F : Vous vous êtes dit : « Tiens je m’emmerde ! Et si j’allais me distraire un peu en tapant la discut avec la fille qui lit au lieu de rester seul dans mon coin. Elle est pas canon mais faut pas être difficile par les temps qui courent. » H : Je l’aurais plus joliment dit. F :... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
20 juin 2017

Le bac

Tremplin vers les études supérieures, le bac donne du fil à retordre aux candidats. Déjà, il faut remplir l’en-tête ! Malgré les consignes répétées à plusieurs reprises, nombre d’entre eux la remplissent mal. Et, pour le bac philo, cette perle vue sur une copie : « le bac à lauréat » ! Mais avec un seul lauréat pour toute la France. Le système serait-il devenu hyper sélectif ? Merci au candidat qui a égayé notre surveillance !
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

18 juin 2017

L’esprit d’entreprise

Depuis que l’entreprise WWA était cotée en bourse, les chiffres des cotations apparaissaient toutes les heures sur le grand écran placé dans l’open space. Si les chiffres baissaient, un employé criait : Allez, on serre les dents et on participe à l’effort collectif ! Si les chiffres montaient, le même employé disait d’une voix ferme : C’est bien mais on peut encore mieux faire ! Et les galériens de WWA redoublaient d’effort. Quand les hommes et les femmes de WWA rentraient chez eux, ils se rendaient à peine compte qu’ils... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
16 juin 2017

Le pari

A l’époque, elle aurait déjà dû s’en douter, un rien peut changer le cours du destin. -          Pas cap ! lui avait dit Mathieu l’air rigolard. -          Pas cap ? Moi ? Tu me connais mal. Et elle avait accepté ce pari absurde qui ne lui rapportait rien, si ce n’est l’estime d’un amoureux stupide. Il lui fallait aller jusqu’au bout et tenir une semaine entière. Dans quelque position qu’elle se trouvât – même la tête en bas -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
14 juin 2017

La carrière

Il avait fait carrière dans la maladie, comme d’autres font carrière dans la politique. Il était passé de la constipation  aux migraines, du phlegmon à  l’urticaire géant, de l’ulcère à l’estomac  aux calculs rénaux, et de la prostatite à la goutte. Comment terminerait-il sa carrière ?
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
11 juin 2017

duo de juin

Caro et moi-même entamons un nouveau duo pour ce mois de Juin. Caro a trouvé que cette vidéo saurait faire frétiller notre imaginaire. Aujourd’hui, vous pouvez lire mon texte, très librement inspirée de cette vidéo.   Voir Venise et…   Ils avaient décidé de faire leur voyage de noces à Venise. Eux qui se définissaient comme « des intellectuels  allergiques aux modes et aux traditions » cumulaient déjà deux « tares » : le mariage et Venise. Depuis leur arrivée, ils enfilaient des colliers... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:55 - - Commentaires [15] - Permalien [#]