30 mai 2017

Dépression

Depuis des mois, il se répétait en boucle la question suivante : Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? Le médecin lui avait annoncé la vérité : Dépression ! Il était donc devenu l’un des nombreux habitués de l’hôpital de jour où il déclinait ses journées entre art- thérapie, groupes de parole et séances individuelles. Souvent, aux beaux jours, avant ses rendez-vous, il s’asseyait dans le square des papillons pour regarder les enfants jouer. Lui aussi avait été un enfant, lui aussi avait couru dans les allées,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [23] - Permalien [#]

28 mai 2017

Le plongeon

Elle était trop près du bord, bien trop près. Ne tentait-elle pas le diable ? Etait-ce un test ? Il fut réussi : un petit coup et hop, la Seine accueillit le fauteuil et son occupante qui ne savait pas nager. Un lamentable accident, conclut la famille un peu tôt. Qui aurait pu penser que cet homme si altruiste, si dévoué à sa compagne, avait commis cet acte barbare ? Et qui plus est, par un si beau jour de printemps !   PS : photo prise sur les quais de Rouen
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
24 mai 2017

La rencontre

« Ce jour-là, il pleuvait à verse. Je sortais du bureau de poste et je venais d’ouvrir mon grand parapluie quand un homme s’est rué sur moi et m’a dit :  La police municipale m’a désigné pour vous escorter jusqu’au centre-ville ! Et, d’autorité, il m’a saisi le bras et m’a fait tourner à droite alors que je voulais tourner à gauche pour rentrer chez moi. » Elle en riait encore en racontant l’histoire à sa fille, pourtant c’était il y a dix-huit ans. Sa fille lui avait répondu, l’air rêveuse. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
22 mai 2017

Les têtes

La nuit, tous les visages s’animaient et les conversations allaient bon train. La plus perfide, c’était Maeva, à l’extrême gauche et sa tête de turc préférée, c’était Madame Julia, la propriétaire du magasin. Elle adorait l’imiter, surtout quand elle flattait les clientes en quête d’une chevelure de substitution. Elle disait souvent « Cela vous va à ravir », « On ne pourrait pas mieux choisir » ou « C’est exactement le ton qu’il vous faut », et Maeva n’avait pas son pareil pour colorer chaque mot de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
20 mai 2017

Le FLM

Depuis une semaine, un nombre grandissant d’hommes et de femmes du réseau social Hook découvrait que leur profil signalait leur décès ; leur compte était irréversiblement transformé en compte de commémoration avec un message de souvenir accompagné d’une couronne mortuaire. De nombreux abonnés ne survivaient pas au choc de leur disparition virtuelle. M. W W Chew, le Président de Hook, avait multiplié les messages rassurants, mais rien encore n’avait pu enrayer l’épidémie qui touchait déjà plus de 1000 abonnés  en France. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
18 mai 2017

L’ascension

Il avait commencé comme simple rond de cuir et avait terminé comme chef  des sections I, II et III du Ministère de l’Evaluation et de l'Innovation Scolaire. Le secret de sa « réussite » ? Un moi hypertrophié qui colonisait la pensée de l’autre.
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]

16 mai 2017

Les jambes

Les jambes de femmes le fascinaient. La dernière en date, il l’avait volée à la devanture d’une boutique de mode, passage de l’horloge. Maintenant sa collection totalisait 30 jambes, toutes aussi colorées les unes que les autres. Vous me direz : «  A quoi servaient toutes ces jambes ? » Lui l’ignorait – il n’obéissait qu’à une pulsion -  mais son inconscient avait déjà archivé un dossier conséquent sur le sujet…  
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
14 mai 2017

L’ironie

Alain éclusait son deuxième blanc au comptoir du « café des amis » quand Michel – veste défraîchie et mine patibulaire – connu sous le surnom de « la purge », lui dit. -Ya un truc qui m’échappe Alain, c’est quoi l’ironie ? Alain, qu’on appelait « le prof » en raison de ses 15 ans de travaux forcés à l’Education Nationale,  lui répondit. -          C’est simple. C’est te dire que t’es intelligent alors que t’es une vraie tête de con. Michel plongea... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags :
12 mai 2017

Le heurtoir

Elle avait hésité à frapper -  les portes provoquaient toujours chez elle le même effroi - et cette main lui semblait de mauvaise augure. Le battant s’ouvrit. Dans la cour intérieure – classique en apparence  - elle vit un puits dont la  margelle usée était rongée par la mousse. Elle s’approcha, se pencha et du fond de l’obscurité surgit une voix : Si tu veux te jeter dans le puits, mes bras t’accueilleront avec douceur. Elle s’éloigna d’un bond. Elle entendit la porte d’entrée s’ouvrir et un géant – ou ce qui en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
10 mai 2017

L’Inspecteur

Mardi dernier, lors de la présentation des épreuves de l’oral de l’agrégation, je me suis rendue compte que l’un des membres du jury était un inspecteur avec lequel j'avais eu un  problème en 1995. Ce supérieur hiérarchique avait, entre autres, émis des doutes quant aux arguments que je lui avais présentés par courrier pour justifier mon absence à un stage organisé par ses bons soins à Bordeaux pendant les grandes grèves de 1995. Par ailleurs, ce fonctionnaire  " zélé " avait envoyé un double de la lettre qu’il m’avait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :