-           Pauvre gosse, on lui a volé son âme*.

-           Comme tu y vas !

-           Oui, je maintiens ! Pauvre gosse ! Tu as vu ses parents ?

-           Ben qu’est-ce qu’ils ont ?

-           Tu appelles ça des parents ?

-           …

-           Oh, toi, de toute façon, tu te poses jamais de questions !

-           Ben c’est quoi être un parent alors ?

-           C’est justement se poser les questions que tu ne te poses pas !

-           Alors, selon tes critères, je suis pas un parent ?

-           Tu en es un par la force des choses, mais t’étais pas fait pour ça !

-           Mais toi oui, forcément !

-           Effectivement !

-           Tu as demandé à tes enfants ce qu’ils en pensaient, eux ?

-           De quoi ?

-           De toi, comme mère !

-           Ça va pas, non ?

-           Ben c’est quand même eux qui sont en première ligne, non ?

-           Et tu crois que c’est objectif les enfants ? Surtout les siens ?

-           Pourquoi ils le seraient pas ?

-           Parce que les enfants reprochent toujours des trucs à leurs propres parents, forcément ! Parce que moi, monsieur, je  fais pas partie de ces parents qui disent toujours oui !

-           Tu parles de moi ?

-           Oui monsieur ! D’ailleurs il y a qu’à leur demander aux enfants si tu  dis pas toujours oui  à tout !

-           Mais il y a pas deux minutes tu me disais que les enfants, il valait mieux pas…

-           On a quand même parfois le droit de  pas être d’accord avec soi ! En tout cas, je maintiens que ce pauvre gosse, il a pas eu de chance avec ses parents !

-           Alors que les nôtres…

 

* Phrase extraite de Monsieur Maléfique de Truman Capote

PS : petite pause. Retour le 8 mai.