27 février 2017

Journée noire

Ce jour-là, il partit au travail de mauvaise humeur ; sa fille lui avait dit qu’il se comportait comme un dictateur. La journée commençait mal. Pendant sa première heure de cours,  il se mit dans une colère noire pour une banale histoire de tricherie à un contrôle. L’élève avait fini par lui dire : « Monsieur, si vous parliez allemand,  on pourrait vous prendre pour Hitler. » Il manqua de s’étouffer. Comment ce crétin osait-il ? Une fois rentré chez lui, après quatre heures de cours qui l’avaient... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

25 février 2017

Les yeux

Elle voyait des yeux partout. Ils la suivaient, l’épiaient mais surtout,  ils lui voulaient du mal. Qu’elle se promène dans les rues, en forêt ou reste chez elle, ils étaient là. Dès qu’elle tournait le dos, ils chuchotaient, car ces yeux avaient aussi des bouches. Ils tissaient autour d’elle une toile qui l’enserrait à tel point que parfois elle ne pouvait plus bouger. Si elle sortait de chez elle,  le bouche à oreille commençait afin de prévenir la brigade d’ennemis que la place était libre. Lorsqu’elle rentrait,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
23 février 2017

Représenter

Somerset Maugham, dans l’Art de la Nouvelle nous dit : « Un jour Matisse montra à une dame une de ses toiles, qui était un nu et la dame s’écria : « Mais les femmes ne sont pas comme ça ! » ; sur quoi il répliqua : « Ce n’est pas une femme, madame, c’est un tableau ». Je pense que, de la même manière, si quelqu’un s’était aventuré à suggérer qu’une nouvelle d’Henri James était différente de l’existence, celui-ci aurait répondu : « Ce n’est pas l’existence, c’est une... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
21 février 2017

La poupée

Elle était presque aussi vieille qu’elle et elle en avait tant vu que maintenant, elle préférait garder les yeux fermés. La nuit passée, elle avait fait irruption dans son rêve. Ses yeux étaient ouverts et elle l’avait regardée fixement. De sa voix d’enfant - n’était-ce d’ailleurs pas sa voix à elle, 50 ans plus tôt ? – elle lui avait dit. -          Ton père… -          Ton père quoi ? S’était-elle empressée de répondre. Mais la... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
19 février 2017

Du coup

 L'expression « Du coup » est servie à toutes les sauces conversationnelles. Voici un petit texte « noir », en « hommage » à cette expression invasive : " Il a voulu divorcer, du coup elle a fait une dépression. Craignant d’être déprimé par sa dépression, il a décidé de partir plus vite que prévu ; du coup, le lendemain de son départ, elle faisait une tentative de suicide ! Supputant une mort prochaine, il l’a forcée à prendre une convention obsèques, du coup, il s’est senti soulagé."
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
17 février 2017

La classe de lapins

J’aimerais bien faire cours à des lapins, voir leur petit nez bouger, quand la curiosité est en éveil, et leurs grandes oreilles se dresser pour s’écouter les uns les autres. Je pourrais aussi les appeler « mes lapins »… Stop, arrêtons ces rêveries déplacées ! Je ne fais pas cours à des lapins, mais à des adolescents. S’ils bougent, ce n’est pas leur nez, mais leur corps avide de se tourner vers le voisin de derrière ou celui d’à côté ;  et si leurs oreilles se dressent, ce n’est certes pas pour écouter ce qui se... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

15 février 2017

Le CHO

Adrien était Chief happiness officer  - «  Responsable du bonheur » - chez Fish and co,  entreprise sise rue du Mont aux malades à Montbrison sur Seine. Un travail qu'il trouvait à son goût. Il s’agissait d’organiser des événements, trouver une solution aux problèmes et, comme il était dit pudiquement dans la fiche d’offre d’emploi, d’« accompagner les évolutions de l’entreprise. » Seulement, quand il avait fallu dégraisser, c’est à lui qu’on s’était adressé et il avait dû actionner le couperet à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
13 février 2017

le message

C’est au moment où elle allait machinalement tremper le bout de ses doigts dans le bénitier qu’il lui parla en disant cette phrase ressassée depuis la nuit des temps. -          Les derniers seront les premiers et les premiers seront les derniers. Elle regarda derrière elle, il n’y avait personne, l’église était déserte. Etait-ce lui, celui qui portait la croix qui s’adressait à elle ? Il le lui confirma aussitôt. -          Oui, c’est à... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
11 février 2017

Duo de février

 Pour ce Duo de février, Caro a choisi cette vidéo comme source d'inspiration. Après le texte de Caro, publié samedi, voici le mien.     La collectionneuse   Elle aimait les êtres torturés, surtout les artistes, et elle s’enorgueillissait d’une collection  d’hommes particulièrement éclectique. Telle une entomologiste, elle les  étudiait et les classait. Il y avait les phalliques, les misanthropes, les angoissés, les pragmatiques, les littéraires, les scientifiques, les machos, les féministes,... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
09 février 2017

Duo de février

 Pour ce Duo de février, Caro a choisi cette vidéo comme source d'inspiration. Aujourd' hui vous pouvez lire son texte. Le mien paraîtra samedi.     La loi des séries Je clique sur le lien.  « Le Charme Impénétrable Des Artistes Torturés », joli titre. C’est ma cousine Liane - sympa - qui me l’envoie. Tiens un autre message, de ma nièce Adèle. Oh ! Et mon oncle, un troisième copié-collé. C’est un complot, ma parole. Manquera bientôt plus que ma mère… Une heure après, il ne manque plus ni ma... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]