114785316Elle voyait des yeux partout. Ils la suivaient, l’épiaient mais surtout,  ils lui voulaient du mal. Qu’elle se promène dans les rues, en forêt ou reste chez elle, ils étaient là. Dès qu’elle tournait le dos, ils chuchotaient, car ces yeux avaient aussi des bouches. Ils tissaient autour d’elle une toile qui l’enserrait à tel point que parfois elle ne pouvait plus bouger.

Si elle sortait de chez elle,  le bouche à oreille commençait afin de prévenir la brigade d’ennemis que la place était libre. Lorsqu’elle rentrait, elle  pouvait suivre ces espions à la trace. Ils avaient fait couler l’eau, avaient laissé traîner des miettes sur la table, s’étaient servis des WC, avaient fouillé dans ses papiers et s’étaient même permis de s’allonger sur son lit. Remettre tout en place l’épuisait. Si, par malheur, elle  parlait d’ « intrusions » à sa voisine d'en face – la seule qui avait encore droit à quelques banalités quotidiennes – elle lisait dans ses yeux  l’incompréhension d’un monde où elle n’avait plus de place…

 

PS : photo prêtée par Ksénia.