patriciaDessiner ce mandala sur le quai du Pré-aux-Loups lui avait pris six heures. Une fois l’œuvre achevée, il l’avait longuement contemplée puis il s’était assis au centre ; cet espace doré serait le lieu du départ.

Si la journée avait été belle, il savait que   le linceul de la nuit apporterait sa brassée de peurs.

Peu à peu, le silence s’était imposé, les passagers de la vie avaient déserté le quai et la solitude caressait ombres et formes de ses reliefs étranges.

Il l’attendit. Elle s’annonça par un léger feulement.

-          C’est toi ? chuchota-t-il.

Elle ne dit rien mais effleura sa peau.

-          Je suis prêt.

Il se retourna pour la voir mais son visage était caché par un voile sombre.

-          Suis-moi, lui intima-t-elle.

Ce voyage ne ressembla à aucun autre. Quand elle s'arrêta, il fit de même.

En très peu de temps, un grand cercle se forma autour de lui. Chacun voulait lui souhaiter la bienvenue avec un mot gentil et il en fut surpris.

Cette fin n'était-elle donc qu'un début ?

 

PS : photo empruntée sur le site de Patricia qui nous a quittés en aout 2015.