20160814_144510-1Tous les après-midi il s’installe au pied de l’escalier, la chaise tournée vers la Seine et il attend.

Il a passé sa vie à attendre un signe qui n’est jamais venu. Mais  à 65 ans, il sait maintenant ce qu’il attend : la mort. Non pas cette mort effrayante qui vous  oblige à rester les yeux ouverts toute une nuit au détour d’un cauchemar, mais celle qui vous enveloppe dans un linceul de douceur, celle qui vous berce en vous promettant que jamais plus ce ne sera comme avant.

Ce jour-là, assis sur sa chaise, il fredonne une chanson de Charles Aznavour  quand une voix l’interpelle.

-          Eh, vous !

Il se retourne. En haut des marches, une femme lui fait de grands signes.

-          C’est peut-être elle ! pense-t-il soudain.

Mais il se ravise, la femme est vêtue de coloris clairs et ne ressemble en rien à la mort.

-          Oui, vous ! confirme-t-elle.

Il se lève et monte les marches, qui sait si elle ne lui annoncera pas une bonne nouvelle.

-          Vous auriez un téléphone portable ?

-          Moi ? Un téléphone ? Non, j’ai jamais eu de téléphone. Personne m’appelle.

Que lui a-t-il pris de s’adresser à cet homme ? pense-t-elle aussitôt. Mais  il est là et elle ne peut  partir comme si de rien n'était.

-          Désolée de vous avoir dérangé.

-          Pas grave, j’ai rien à faire. J’attends.

-          Vous attendez ?

-          La mort.

-          La mort ? A votre âge ? c'est bizarre, non ?

-          Pourtant c’est comme ça.

Elle fouille dans son sac et en ressort une carte qu’elle lui tend.

-          Tenez, c’est quand même mieux de parler que d’attendre la mort.

Il prend la carte, la parcourt des yeux et un vague sourire passe sur son visage.

-          « La Porte Ouverte » ? Vous croyez que ça pourrait m'aider ?

-          Bien sûr, quelqu’un à qui parler ça fait du bien.

Elle part soulagée d’avoir pu entrebâiller une porte. Quand même, attendre à la mort à 65 ans, un fou, certainement. Elle se dit qu'elle a eu raison de prendre cette carte sur le présentoir de la pharmacie. Elle avait comme une intuition…

 

PS : photo prise à Rouen.