31 juillet 2016

Le toilettage

Quand Muriel, employée de l’agence « A son pépère » est arrivée au domicile du couple qui l’avait mandée elle a constaté, à son grand étonnement,  qu’il ne s’agissait nullement d'un toilettage de  chien. Elle s’est donc vue obligée de repréciser les objectifs de l’entreprise «  A son pépère ». La dame lui a répondu immédiatement. -   Nous  le savons parfaitement mademoiselle, mais voyez-vous, mon mari se prend pour un chien.  N’est-ce pas Lucien ? Et Lucien, le mari poilu... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

29 juillet 2016

La concession

L'âge avançant, ils avaient décidé d’acheter une concession au cimetière de leur commune. Monsieur avait fait la démarche, mais Madame n’avait pas apprécié l’endroit assigné et le lui avait fait savoir sans concession. - Non, sûrement pas là ! Il n’y a pas de soleil avec ce grand arbre qui cache tout. Il avait eu beau protester, rien n’y avait fait. - Franchement, du soleil alors que tu seras six pieds sous terre, c’est bien de toi ! - Je m’en moque, avait-elle rétorqué, si jamais je veux y aller de mon vivant, il me faut du... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:40 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
27 juillet 2016

L’annonce ( synthèse et fin)

Elle avait passé une annonce pour oublier ; son cancer la dévorait mais elle ne voulait entendre parler d’aucune chimiothérapie. Comme elle l’avait supposé, elle n’eut que très peu de réponses. L’humanité fut achetée, comme l’homme le lui avait demandé et elle se rendit au rendez-vous. Au lieu du petit chauve à lunettes annoncé dans la lettre, elle vit un être difforme qui planta ses yeux dans les siens et attendit. N’essayait-il pas de la mettre à l'épreuve ? Quand elle lui tendit  l’humanité et qu’il l’accepta, le... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:50 - Commentaires [17] - Permalien [#]
25 juillet 2016

L’annonce (4)

17.40 : Il s’installe le plus loin possible de la porte d’entrée du café pour avoir une vue d’ensemble. 18.05 : Une femme entre, l’humanité à la main. Loin d’être « ordinaire » comme le signalait l'annonce. Sa silhouette est élancée et son visage ouvert.  Que faire ? L’honnêteté devrait le conduire à se lever et se présenter, mais il reste immobile. Comment réagira-t-elle en le voyant ? Il se décide  mais quand elle l’aperçoit enfin, elle détourne les yeux. Il continue à avancer malgré sa peur. -... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
23 juillet 2016

L’annonce (3)

17.45. Par prudence elle attend  à l’extérieur du café de la gare en observant les allées et venues. Aucun homme ne ressemble à la description que son correspondant a fait de lui. 18 05. Elle entre d'un pas tranquille et regarde autour d’elle.  Il ne lui semble voir aucun homme chauve à lunettes. Le type lui a-t-il posé un lapin ou s'est-il décrit autrement qu'il n'était ? Elle s'évente avec l'humanité ; ses bouffées de chaleur ont tendance à s'accentuer dans les moments de stress. Elle voit son reflet dans le miroir situé... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - Commentaires [19] - Permalien [#]
21 juillet 2016

L’annonce (2)

Elle n’avait eu qu’une réponse à son annonce. Le courrier disait :  « J’ai 55 ans, je suis moyennement intelligent et mon salaire est loin d’être confortable. Vu le texte de votre annonce, je serais surpris que vous trouviez mieux. Si vous souhaitez me rencontrer, je vous attendrai le 22 juillet à 18 h au café de la gare. Pour me trouver vous n’aurez aucun problème : je suis petit, chauve et je porte des lunettes. J’imagine que cette description vous rebute déjà un peu, mais je préfère annoncer la couleur. J’ai... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - Commentaires [21] - Permalien [#]

19 juillet 2016

L’annonce

Elle rédigea ainsi son annonce : « Femme 50 ans, physique et intelligence ordinaires, petit salaire, cherche homme même âge,  intelligent, avec salaire confortable. » Elle se demanda combien de réponses elle aurait…   PS : prochain texte à une date indéterminée ;)
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
18 juillet 2016

Il y a quelqu’un…

Ce matin, j'ai téléphoné chez moi par erreur et au moment où j'allais raccrocher quelqu'un a décroché et a dit - Allô ! Sur le moment je n'ai rien répondu, l'effet de surprise, sans doute. Puis j'ai fini par dire. - Qui êtes-vous ? - C’est plutôt à moi de vous le demander ! A enchaîné cette voix que je ne connaissais pas. - Qu’est-ce que vous faites chez moi ? - Ecoutez, j’ai autre chose à faire qu’écouter des hystériques… J'ai raccroché le combiné d’une main tremblante. Puis, j'ai appelé mon mari, au comble de... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:45 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
15 juillet 2016

L’arbre

L’arbre avait toujours été là  mais  il les encombrait. C’était surtout un témoin gênant : comment se donner l’illusion qu’il ne s’était rien passé sous son regard ? Il fallait prendre une décision, mais comme à chaque fois qu’une décision était à prendre, ils ne la prenaient pas. S’il n’y avait pas eu l’enfant, rien ne serait arrivé. C’est l’enfant qui avait tout gâché. L’enfant avec ses rires et ses pleurs ; surtout ses pleurs qui surgissaient à tout moment sans que personne ne pût les tarir. Il les avait usés... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
13 juillet 2016

Duo de juillet

Sur une photo proposée par Corinne - du blog les heures de coton -  voici la deuxième partie de notre Duo de juillet avec la publication de mon texte.                 Comment les idées viennent aux filles    Sa mère aimait les petites filles modèles, celles qui ne se salissent pas, celles qui ne bougent pas,  celles dont les yeux papillons rêvent de contes de fées, celles qui jamais ne butineraient le moindre pollen défendu. Seulement sa mère n’était plus et les... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]