Il allait accueillir un nouveau « client » et la nouveauté le mettait toujours dans un certain état de fébrilité. Comment était-il ? Pourquoi venait-il ? Pourrait-il le conduire vers une issue positive ?

Quand il ouvrit la porte de la salle d’attente, il vit un homme d’une trentaine d’année au physique banal mais à l’apparence soignée. Il le fit entrer dans son cabinet et lui posa la question habituelle : Qu’est-ce qui vous amène… ?

Le jeune homme répondit aussitôt.

–        Vous allez peut-être me trouver ridicule, mais je viens parce que je suis trop heureux.

C’était bien la première fois qu’un « client » commençait ainsi.

-          Pourriez-vous m’en dire un peu plus ?

Le jeune homme resta silencieux. Le psychologue attendit mais l’homme restait muet. Au bout de deux bonnes minutes, il finit par ajouter.

-          Sans doute  ce bonheur vous coupe-t-il la parole ?

Le jeune-homme sourit, puis conclut.

-          Il est vrai que je ne vous ai pas dit pourquoi j'étais heureux : je viens de tuer mon père !

Le psychothérapeute déglutit avec peine. Maintenant, qu’allait-il faire de ça ?