On lui avait dit que les bouchers avaient  les mains douces parce qu’ils avaient tout le temps les mains dans le gras. Elle s'était donc échinée à donner dans le boucher. Elle en était à son cinquième et, si elle aimait leurs mains,  elle détestait leurs conversations où la chair était si présente qu’elle finissait par en être dégoutée…