27 février 2015

Déménager

Elle voulait déménager, mais  passer de son cerveau 1 à son cerveau 2 était loin d’être simple car aucun déménageur ne voulait lui faire un devis.  Puis, par le hasard le plus complet, elle avait rencontré « Seigneur déménagements ». Comme ils faisaient aussi garde-meubles, elle en avait profité pour leur demander de garder le mobilier qu’elle savait ne plus lui être utile mais  dont elle hésitait à se débarrasser définitivement, d’autant plus qu’il s’agissait d’héritages. Malgré le coût du devis, elle avait... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [24] - Permalien [#]

25 février 2015

Les hommes

Il pleut. Impossible d’aller à mon rendez-vous : je suis phobique. Une seule goutte d’eau me met dans un état indescriptible. Ma première crise date de l’époque où j’étais mariée. Nous étions au mois de juillet et nous venions de fêter notre première semaine de mariage. Nous avions décidé de célébrer les semaines et non les années car nous étions convaincus que cela fortifierait notre amour. Lorsque nous sommes sortis du restaurant - moi dans la robe rouge qui lui avait plu lorsqu’il m’avait vue pour la première fois, et lui en jeans... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [26] - Permalien [#]
23 février 2015

La lettre

Monsieur,  Je prends la liberté de vous écrire cette missive pour vous signaler que vous avez tout bonnement oublié de me téléphoner afin de me donner un nouveau rendez-vous et ce, depuis le mois de février 2008.  Je vous rappelle brièvement les faits : avant les vacances de février, vous m’aviez donné un rendez-vous sur la même plage horaire qu’un autre de vos « patients », et j’ai donc attendu trois quarts d’heure dans votre salle d’attente – terriblement déprimante à vrai dire et je vous conseille d’en... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]
21 février 2015

Le corps

Quand il avait vu le corps allongé sur les feuilles, son œil de peintre avait tout d’abord remarqué l’harmonie des couleurs ; l’instant d’ après il avait paniqué. Que faisait-elle là ? Etait-elle morte ? Certainement. Ce n’était nullement l’époque pour une sieste en pleine nature ; la température extérieure atteignait à peine quatre degrés. Il décida de passer son chemin. Ne pas s’impliquer et prendre ses distances, comme à l’accoutumé. Le lendemain matin, en prenant son café au bar des fleurs, ses yeux tombèrent sur... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
19 février 2015

Ambition « En saigner »

Avachissement des corps sur les tables, blousons bouclés jusqu’au cou malgré les 22 degrés de température intérieure – macération assurée - ;  fredonnements épisodiques – la nouvelle star c’est aussi en cours - ;  reniflements ponctuels – ils n’ont jamais de mouchoirs et en demandent toujours un au prof - ;  ricanements intempestifs – il y a toujours quelqu’un pour faire une bonne blague bien nulle - ; vibreurs ici ou là – le portable est une excroissance corporelle - ; chewing-gums... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [20] - Permalien [#]
17 février 2015

La robe de mariée

Elle allait fêter ses noces d’or ; 50 ans de bonheur mitigé avec un mari qu’elle avait pour habitude d’appeler « ma cellule de dégrisement ». En regardant sa robe de mariée sagement remisée sous une housse avec un soupçon d’antimite, elle n’avait pu que se rendre à l’évidence : loin était le temps où elle pouvait se targuer d' une taille de guêpe. Depuis 30 ans elle mangeait trop. Sa taille enflait et elle arborait trois bourrelets que le bonhomme Michelin n’aurait pas reniés. Lors de la fête organisée par sa... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

15 février 2015

Le billet de train

Elle a pris une assurance – 4 % du montant du billet – et elle est au guichet  pour savoir si elle peut être remboursée. Le guichetier, avec une pointe de cynisme, lui fait remarquer que les clauses de l’assurance sont tellement restrictives qu’elle ne pourrait être remboursée qu’en cas de décès, et encore, le sien.  Et dans ce cas, souligne-t-il, vous n’en auriez plus besoin !
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [24] - Permalien [#]
13 février 2015

Duo de février

Et voici le texte de Caro, avec comme support la même photo :     Par le trou de la serrure 03 janvier – 8 h 34 Je pose les affiches sur le coin de la table. Trois. Une à punaiser sur le tableau d'affichage de la paroisse, la deuxième pour la boulangerie. Mon frère en affichera une autre au collège privé où il enseigne. S’il a une réunion de son club service, en prendra-t-il une autre ? Je mets en évidence sur la nappe grège les cartons d'invitation. J'ai inscrit les noms de chaque membre de la famille, sans... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [10] - Permalien [#]
11 février 2015

Duo de février

Nous poursuivons, avec Caro, nos duos d'écriture. Mon texte ouvre le bal, celui de Caro paraîtra vendredi prochain. Au programme, la photo ci-dessous proposée par Caro.     Le trou de la serrure   Elle lui avait ordonné. -          Regarde, mais regarde bêta, ça mord pas ! Il avait collé son œil au trou de la serrure pour lui faire plaisir. Jamais auparavant il n’avait épié Madame. Que non ! Il avait des principes, lui. ... [Lire la suite]
Posté par gballand à 07:00 - Commentaires [18] - Permalien [#]
09 février 2015

Mais goûte, chéri !

Tu as passé mon enfance à me dire « Goûte chéri » et je suis devenu monstrueux. J’étais  la risée de l’école et toi tu me disais toujours « Goûte chéri » ! A cinq heures, quand je rentrais de l’école, tu étais toujours dans la cuisine.  Tu m’appelais de ta voix douce et tu me disais « Goûte chéri !». J’aurais voulu vomir tous tes gâteaux, mais je n’y arrivais pas. C’est dur de vomir sa mère. Tu me disais que je devais manger pour te faire plaisir, mais plus je te faisais plaisir, plus je... [Lire la suite]
Posté par gballand à 06:30 - Commentaires [31] - Permalien [#]