Leurs enfants étaient nés le même jour et, si l'un avait appelé son fils Heinrich, l'autre avait opté pour Benito.
Tous deux pensaient qu’ainsi, les enfants pourraient construire leur vie sur des " bases saines ".

PS : Cette brève m’a été inspirée par cet article de libération : « Ayoub, nazi qui s’en dédit »