Dans cette nouvelle  agence Pôle emploi,  Le Directeur avait mis en place un détecteur de mensonge sur l’ordinateur de chaque agent. Ce nouvel outil modifia considérablement l’attitude des employés. Lorsque, sur l’écran de l’ordinateur, clignotait le label « haut risque » en rouge et blanc, l’agent s’acharnait sur le demandeur d’emploi jusqu’à ce qu’il craque.

Après un an d’utilisation, quinze noms  furent supprimés du fichier « demandeur d’emploi »,  quinze suicides ! Le détecteur de mensonge commençait son lent travail de nettoyage…