cygneElle ne photographiait que ce qui la troublait, pour le plaisir de s’adonner ensuite à l’obsession de l’analyse. Postée devant l’écran de son ordinateur, elle contempla longuement les cygnes noirs. Pourquoi son ombre l’avait-elle abandonnée ? Elle se dit qu'elle pourrait peut-être passer une annonce dans Le journal local : 
« Cherche ombre disparue prématurément. Qui pourra me donner de ses nouvelles ?  ombreperdue@hotmail.fr  "

Deux jours plus tard l’annonce paraissait et elle recevait dix mails. Seul l’un d’entre eux retint son attention. Il disait :
 « Je suis l’ombre, êtes-vous le jour ? Pour notre analyse, louons un divan afin de nous y retrouver une fois par semaine ou plus, si affinités. Ombre-ment vôtre »
Après deux échanges de mails, une rencontre fut prévue à 16 heures, le 28 février, au Vieux Carré. L’ombre avait précisé qu’elle serait en noir.

PS : texte écrit à partir de cette photo gentiment prêtée par Alienor du blog "éclat de mots"