Il avait décidé de se décérébrer, marre des pensées paranoïaques et marre des pensées tout court. Mais avec quoi se décérébrer ? Toutes sortes d’idées lui avaient traversé le cerveau qui était encore en état de marche. Après une réflexion qui dura l’après-midi entière, il opta pour le taille-haie. Mais pourrait-il se décérébrer seul ? Sinon, pourrait-il faire appel à une association ? Mais laquelle ? Et au cas où aucune association ne pourrait intervenir, son ex-femme accepterait-elle de le décérébrer en souvenir du « bon vieux temps » ? Et sinon, y aurait-il un parti politique qui pourrait lui porter secours ?
Afin de fuir toutes ces questions qui se bousculaient impitoyablement, il se prit un double whisky et se coucha à 20 h 30 précisément. La nuit lui porterait conseil…

PS : merci à qui de droit pour l’idée de la « décérébration ».