CUISIN_1Depuis qu’elle était à la retraite, elle passait le plus clair de son temps à contempler sa cuisinière, perdue dans ses rêveries. Elle l’avait parée de fruits et de légumes et son émail n’en paraissait que plus beau. A ceux qui se moquaient d’elle, elle répondait que cette cuisinière - héritage de sa grand-mère défunte - avait droit à tous les honneurs, sa vie n’avait pas été simple. Ni son mari, ni ses enfants, ni ses amis ne comprenaient cet attachement qu’ils jugeaient déplacé. Seule la cuisinière savait.
Le jour où elle décida de mettre fin à ses jours, elle  disposa fruits et coloquintes en un grand cercle devant la cuisinière et elle s’allongea à l'intérieur. On la trouva au petit matin, le corps glacé, La pâleur de son visage  rehaussée par les fruits colorés.

- Presque une  nature morte ! avait murmuré sa fille avant que son père ne la fasse taire.
Personne ne comprit son geste. La cuisinière, elle, savait.

PS : texte écrit  à partir de cette photo gentiment prêtée par Latil