C’était une rue sombre où des murs à la vigne vierge abondante préservaient  l’intimité de minuscules jardins privés. Elle aimait y passer, pour le plaisir de coller un œil entre deux pierres disjointes.