Zygmunt Bauman signalait dans le hors série Télérama "Qu'avons-nous fait de la liberté" que l'homme craignait par dessus tout "la précartié existentielle", mais que l'Etat, les hommes politiques et les marchands avaient déplacé cette peur-là vers une autre : l'insécurité physique ! Peur que ces entités bien intentionnées se proposent de soulager avec toute une panoplie d'artifices - police nationale, police municipale, contrôles répétés, chiens policiers, brigades de sécurité privées, caméras disposées dans les transports et dans la ville, alarmes dans toutes les maisons, triples-verrous, portes blindées... - mais en vain, la peur est toujours là !

Les outils proposés ne sont donc que des leurres destinés à servir des hommes politiques peu vertueux qui rêvent de contrôler les citoyens afin d'asseoir leur pouvoir personnel - il suffit de penser aux campagnes de Messieurs Le Pen, Sarkozy et De Villiers.

Alors, que faire ? M. Bauman suggère qu' il "faut inventer des outils permettant à la politique de retrouver et de reprendre la maîtrise des forces qui façonnent notre condition. L'avenir de la démocratie et de la liberté sera assuré à l'échelle de la planète, ou ne le sera pas."