La nouvelle campagne* de cette grande marque de sous-vêtements (http://www.triumph.com/fr/ )  triomphe singulièrement par sa misogynie. Voilà ce que nous montrent les 12 000 panneaux publicitaires des abri-bus « pollués » par la campagne orchestrée par la marque « Triumph » :  une photo d’une pseudo « Marilyn », en soutien-gorge et culotte, qui s’affiche sensuellement au-dessus du slogan suivant : « Enfin une candidature bien soutenue ! » ou « Avec moi, pas d’ abstention ! »

sufragettesCet humour  machiste navre par sa beaufitude. Certains auraient-ils encore en travers de la gorge que les femmes puissent participer à la vie politique du pays ? On se souvient que le droit de vote n’a été accordé aux femmes, en France, qu’en 1944, presque 100 après que le droit de vote a été accordé aux hommes. Aujourd’hui encore, les femmes souffrent – notamment dans la vie politique – du machisme de leurs collègues hommes qui imaginent qu’une tête « bien faite » ne peut-être qu’un « attribut » masculin !
« Il faut de bonnes burnes pour satisfaire les urnes » est sans doute le slogan de ces hommes qui n’acceptent pas que les femmes s’installent  en politique. Voilà plusieurs siècles qu’ils s'escriment à  « pisser » afin de marquer leur « territoire politique » et, malgré ce travail de fond, les femmes osent remettre en cause leurs privilèges… Souvenons-nous du lynchage médiatique de Madame Royal alors que l’Immaculé Sarkozy, qui accumule énormités et mensonges, est toujours droit sur son socle !
Ne  semble-t-on pas nous dire indirectement, avec cette publicité, que nous, les femmes, serions bien plus à notre place comme objet de désir et de plaisir ? Ne cherche-t-on pas aussi à dévaloriser les femmes qui se présentent à nos suffrages pour cette élection présidentielle, avec ces slogans à double sens, qui tournent en mascarade les candidates et le vote des femmes ?
Coluche n’avait-t-il pas raison quand il parlait « d’érection pestilentielle »… ?

* campagne signalée  sur le site de :

http://www.lameute.fr/index/

photo :  sur le site : http://www.cliosoft.fr/04_02/femmes_vote.htm 1934, « les femmes nouvelles » jettent au feu leurs chaînes, place de la Bastille.