Si j’étais plus con que je suis, eh ben, je vous dirais quand même  non ! Moi, votre émission bidon avec des candidats à la présidence, je  risque pas d’y participer, question de principe ! Parce que moi, les principes, j’en ai, c’est pas comme certains, suivez mon regard ! Moi je me fous de la télé, d’ailleurs, elle me le rend bien ! Les gens comme moi, ça intéresse pas la télé, sauf quand on veut du pauvre pour faire plus vrai, mais moi je suis pas une guirlande qu’on allume et qu’on éteint quand elle vous emmerde ! Et puis si vous saviez ce que je m’en fous du futur président ! J’ai bien d’autres chats à fouetter ! Il faut que je vive, moi monsieur, et ça, ça fait mal ! Le futur président, laissez-moi rire ! Des Judas prêts à vendre leur mère pour être président, et vous croyez que je vais faire le guignol sur un plateau télé pour donner une opinion qu’on  va même pas me demander parce que tout le monde s’en fout ? C’est quand même dégueulasse quand on y pense, la politique ! Et  tout ce monde-là, ça se prélasse dans des salons dorés, ça s’achète des lunettes de chiottes à 400 euros,  ça a des primes qu’on peut même pas les compter, ça fait même pas ce que ça demande de faire aux autres, ça parle développement durable et ça se déplace en bagnole, ça parle  des privilèges des autres, ça oui, mais les leurs, jamais, forcément, la transparence c’est que pour les pauvres ; et vous voudriez que j’aille sur votre plateau télé ? Mais je m’en fous moi, des futurs candidats ! D’ailleurs, votre télé, elle me fait vomir !  Faut les voir se pavaner les journalistes ! Ils me font marrer ! Ils posent des questions, ils écoutent pas les réponses ; ils invitent des gens, on croirait que c’est eux qu’ils invitent ; ils jouent à faire les teigneux et après l’empoignade, allez mon gars, on se tape dans le dos et on se fait un resto à 100 euros   ! Et vous croyez qu’on y croit, nous, à leurs interviews ? Mais moi monsieur, même si j’étais plus con, j’y croirais pas ! Et puis d’abord, est-ce que je fais chier la France entière avec ma candidature à la candidature, moi ? Pourtant je pourrais ! Moi aussi j’en ai un programme ! Mais moi mon programme, il est pas programmable, il serait même déprogrammé s’il était programmé. Et pourtant mon slogan de campagne, il est simple, c’est : « fais ce que je fais ! » et pas « fais ce que je  fais pas » suivez mon regard ! Mon programme c’est : on n’est dans la merde et on pédale tous ensemble pour s’en sortir ! Et pas comme d’habitude, où il y a les petits branleurs qui se planquent pour pédaler derrière les autres avec un moteur, en faisant croire qu’ils pédalent autant que les autres,  suivez mon regard…! Mon programme à moi, c’est signé politiquement incorrect monsieur ! Marre des trous de balle à la bouche en cœur qui lèchent le cul des électeurs et puis quand y sont élus, Alzeimer… Ah, elle a bon dos la rupture… ça, ça vous baise n’importe qui, et en beauté ! Ah ça, ils en manquent pas d’idées pour les slogans, les candidats, mais quand ils  sont présidents, là, rideau, circulez, y’a plus rien à voir, les slogans ont déteint à la machine ! Et puis, c’est quand même un comble, on est en sursis sur cette putain de planète, et leur programme, aux futurs candidats, c’est  suicide collectif !!! Vous parlez d’un programme, qui c’est qui aurait envie d’adhérer à ça ! Alors vous pensez, je vais pas faire le guignol sur un plateau-télé pour un futur président qui, de toutes façons, va présider la France  à l’envers de ce qu’il avait dit qu’il la présiderait parce que pour les programmes politiques,  on dirait bien qu’y a un mode d’emploi, mais le problème c’est qu’on n’a pas tous le même ! Et puis, ils parlent tous du PEUPLE les candidats, ils ont que ça à la bouche, ça me fait ricaner moi,  quand ils parlent du peuple, parce c’est quoi le peuple pour eux ? Des poulets en batterie qu’ils enculent à tour de bras une fois qu’ils sont présidents, faites excuse pour le langage !